Suivez-nous sur

Mitral Technologies lève plus de 3,2 Mios €!

Jean-Paul Rasschaert a été à la manœuvre de deux IPO et trois de ses sociétés ont été acquises par de grands groupes de l’industrie. L’une de ses entreprises, Cormove, est toujours active en France et cherche un repreneur.

Son dernier bébé, Mitral Technologies, a été lancé aux Etats-Unis en mai 2014 avec le docteur Luigi Tozzi et le professeur Piergiorgio Tozzi. La société a développé un dispositif médical permettant de traiter les patients atteints de régurgitation mitrale par un abord non-invasif, soit en utilisant les voies naturelles et le système vasculaire. "Cela s’inscrit dans une nouvelle philosophie qui se développe depuis 20-25 ans et qui consiste à développer des dispositifs rendant la chirurgie moins lourde et moins risquée pour les patients", commente Jean-Paul Rasschaert.

La régurgitation de la valve mitrale est une pathologie qui affecte plus de 4 millions de patients en Europe et aux États-Unis. "Aujourd’hui, pour opérer, il faut ouvrir le thorax. Ce traitement chirurgical, de par son aspect fortement invasif, ne convient pas aux patients dont l’état général est trop dégradé. Ces patients sont au nombre de 2 millions (50%) et seuls des soins palliatifs sont disponibles pour eux", explique Jean-Paul Rasschaert.

Pourquoi Liège?

Depuis le mois de décembre 2017, Mitral Technologies a déménagé sur le tout nouveau site du Val Benoît à Liège. "Au début, ce n’était pas vraiment mon intention, mais rétroactivement, la décision de déménager est devenue assez évidente. Pas seulement du point de vue du capital levé mais également parce qu’il y a de réelles opportunités scientifiques et financières disponibles dans cette région. Et notamment au niveau des collaborations scientifiques (avec le CHU au Sart-Tilman, bien sûr) mais aussi par le niveau élevé de spécialisation du personnel disponible dans la région", ajoute Jean-Paul Rasschaert.

Le projet de Mitral Technologies est soutenu par Meusinvest, par le fonds Innodem 3, par la Société d’investissement de business angels (Siba), une poignée de business angels, et par la DG06 qui a mis à elle seule 2 millions sur les 3,2 millions d’euros. "Nous estimons que ce projet a un réel potentiel de développement et qu’il a une vraie valeur économique. Il renforce un cluster cardiologie émergent en région liégeoise, notamment suite à l’installation récente de Miracor" explique Marc Foidart, directeur général adjoint de Meusinvest.

In L'Echo. la suite de l'article ici